L'islam est la plus parfaite des religions, car étant la dernière révélée. Elle rectifie les déviations des religions antérieures, suite à l'introduction du facteur humain dans le message divin. Elle est conforme partout en toute époque. Elle se place dans une perspective de vérité énoncée dans la formule de témoignage de la foi (shahada) : Lâ Illâha Illa Lâhu Muhammadu Rassûlu Lâhi dont la traduction sous un rapport est « Point de divinité en dehors d'Allah et Muhammad (saw) est son Envoyé ».

La formule Lâ Illâha Illa Lâhu est la racine de l'arbre de l'Islam. Son tronc est Muhammadu Rassûlu Lâhi (saw), ses branches sont la prière, le jeûne, l'aumône, et le pèlerinage. La vertu qui est la réalisation spirituelle constitue ses fruits. La racine du mot Islam est « As-salâmou » qui veut dire la paix.

Il est donc compréhensible sous ce rapport que les notions de solidarité, d'unité, d'humanité et d'amour soient très développées en Islam. Allah a dit dans le Saint Coran : « Celui qui tue un homme, c'est comme s'il avait tué l'humanité. Celui qui sauve un homme, c'est comme s'il avait sauvé l'humanité ».
Il dit aussi : « tous les croyants sont des frères ».

Ainsi, l'Islam, au-delà de la proclamation de l'existence d'un seul Dieu qui pourfend le polythéisme, appelle à l'adhésion à la vérité selon laquelle il n'y a qu'une seule réalité, Allah en l'occurrence, le monde ne Le manifestant que sous un rapport.
Le Prophète (saw) énonce ceci dans un hadith : « ceux qui aiment le plus Allah parmi ses serviteurs sont ceux qui aiment Allah à travers les créatures et aiment les créatures à travers Allah, et qui parcourent la terre afin d'aider les serviteurs d'Allah à s'aimer par Lui et en Lui ».

Le but de l'Islam est de nous rendre extérieurement et intérieurement conforme à Allah en toutes circonstances. Il nous invite à la reconquête de notre nature originelle à partir des lois et leviers qu'il met à notre disposition pour nous baigner dans la béatitude. « Je ne vous veux que du bien » dit Allah dans le Coran.
Ainsi, seule la conquête du sens intérieur du Coran par la concentration unitive nous permet de saisir toute la beauté et la splendeur de l'Islam, religion de paix, d'amour, de générosité et d'acceptation de l'autre par le suivi de la voie de celui qui est arrivé à Allah qui nous est enjoint le Coran : « Ô vous qui croyez, ayez une crainte révérencielle pour Allah et chercher le moyen d'accéder à Lui. Et endurez dans cette voie pour lui, peut être réussirez-vous ».  

Cet accès à Lui permet de vivre pleinement ce verset : «Ô toi, âme apaisée, retourne vers ton Seigneur, satisfaite et agréée; entre donc parmi Mes serviteurs, et entre dans Mon Paradis".(Sourate 89, verset 27 à 30)
Ce retour à Allah qui est une mort spirituelle avant la mort physique, comme l’a enseigné le Prophète : « Mourez avant de mourir », se réalise grâce à la concentration unitive sous la direction d'une autorité spirituelle compétente en la matière. « ... Et suis le chemin de celui qui est arrivé à Moi ... ». (Sourate 31, verset 15)

Ainsi, le croyant qui vit véritablement l'Islam dans sa plénitude témoigne par sa façon d'être et de faire, de l'excellence, de la beauté de cette religion, et de l'harmonie qu'elle procure envers soi-même et envers les autres.

Parvenir à se réaliser totalement dans l'Islam c'est donc vivre par expérience,  la quintessence de la formule «Lâ ilâha illallah».

Et le Prophète (saw) dit « La meilleure parole que j'ai portée, moi et tous les prophètes qui sont venus avant moi est : "Lâ ilâha illalâh" »Ainsi tout l'Islam se résume à cette formule, et cela est d'autant plus vrai que la foi musulmane ne peut être admise s'il n'a d'abord adhéré à la shahada qui est la formule témoignant. Tout ce qui suit (prière, jeûne, aumône, pèlerinage, etc.) n’est que manifestation de notre acceptation de cette vérité.

Mais pour se prévaloir de la qualité de témoin il faut nécessairement vivre ce sur quoi on doit porter le témoignage ; c'est ce que nous enseigne  le Coran dans la bouche du Prophète YUSUF qui énonça ceci : « je ne témoigne que ce dont je suis connaissant ». Cette connaissance doit non seulement précéder tout témoignage, mais aussi toute adoration.

Allah ne dit-Il pas dans ce hadith qudsi : « Connaissez-moi avant de m'adorer, car si vous ne me connaissez pas, comment pourriez-vous m'adorer ? » Cette connaissance, voilà le point d’ancrage de la compréhension de l'Islam qui seule, peut mettre un terme aux amalgames et déviances  dont  l’Islam fait l'objet aussi bien dans le monde musulman que non musulman.