Jamais la science n’a été en accord parfait avec une religion si ce n’est l’Islam. Comme dit un célèbre écrivain et scientifique Français du nom de Islam : « La science s’arrête là où commence les vérités coraniques. » Pour plusieurs savants modernes conscients, l’Islam est incontestablement un instrument mesure ou encore une référence solide pour les connaissances humaines.

 

Jadis minoritaire, les musulmans sont aujourd’hui plus de 1,5 Milliards de fidèles à travers le monde. Bien évidemment cette croissance exponentielle de la foi Islamique dans le cœur des masses, ne laisse pas tout le monde indifférents. Comme dit l’adage : « Seul l’arbre qui porte des fruits reçoit des pierres ». Aujourd’hui l’Islam dérange par la pertinence de ses enseignements et son impressionnante expansion.

Malgré les idées préconçues et la propagande des médias, l’Islam, demeure la religion de Dieu, l’Unique, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux qui manifeste généreusement sa Clémence.

L’Islam est une religion de paix, d’amour, de justice sociale, de solidarité et surtout de réalisation spirituelle. (Partie la plus importante et la plus négligée)

Naturellement la richesse de l’Islam justifie les attaques de ses détracteurs.

La foi islamique se décompose en trois (3) dimensions à savoir :

 

1.      L’islam qui s’articule autour de cinq (5) piliers :

·         La profession de foi (chahada)

·         La prière (salat)

·         Le jeûne (siam)

·         La dîme (zakat)

·         Le pèlerinage (hadj)

 

2.      L’iman qui comprend six actes de foi :

·         La foi en l’unicité de Dieu (tawhid)

·         La foi aux anges et djinn

·         La foi aux livres révélés

·         La foi aux prophètes et messagers

·         La foi au destin et au jour dernier

·         La foi en l’enfer et au paradis

 

3.      L’ihsan qui consiste en un article :

·         Adorer Dieu comme si tu le vois, car si tu ne le vois pas, sache que Lui te voit.

 

Pour arriver à la réalisation de ses trois dimensions de l’Islam, le fidèle doit s’engager dans un cheminement spirituel assisté par un Maitre autorisé.

L’essence de l’Islam est loin de l’adoration mécanique de Dieu par le corps. Sans maitre ou guide spirituel, le fidèle ne saurait dépasser la première dimension qui correspond à l’étape de dévotion superficielle, dans laquelle le cœur et l’esprit sont absents de la présence divine car immergés dans le monde matériel.